Yoga & Méditation

QU’EST-CE-QUE LA MÉDITATION ?

Le yoga et la méditation sont deux pratiques qui s’assemblent et qu’il est à mon sens, difficile de dissocier.
En langue sanskrit, le terme Dhyana signifie état de concentration, que l’on retrouve dans les pratiques telles que l’hindouisme, le bouddhisme ou encore le yoga.

La méditation ne doit donc pas être vue comme une pratique à part entière et qui se suffit à elle-même, mais comme faisant partie d’un tout. Que ce soit d’une philosophie, d’une pratique physique ou encore d’un mode de vie.

Cette pratique est accessible à tous, et fonctionne par introspection. Le but est de revenir au moment présent, en se concentrant sur sa respiration, afin de lier ses énergies à celles de l’Univers.

En Occident, on considère à tort le yoga comme une discipline sportive ou un moyen de détente. En réalité, c’est beaucoup plus que ça.

QU’EST-CE-QUE LE YOGA ?

Le yoga est une philosophie indienne ancienne de plusieurs milliers d’années.
Les textes de référence du yoga, appelés yoga supra et la Bhagavad Gita auraient été écrits au IVèm siècle avant JC.
En sanskrit, yoga signifie relier, unir (le coeur et l’esprit).

Originaire d’Inde, le yoga représente un des 6 systèmes philosophiques (appelés darshana) du pays. La maitrise des 6 darshana offrirait la pleine conscience. Le yoga est donc un vrai mode de vie pour ses adeptes.
Le but est de développer un lien avec son intérieur, et ainsi de se lier à l’Univers.

CONCRÈTEMENT C’EST QUOI ?

C’est assez difficile de donner une définition générale étant données les différentes branches du yoga. Mais on peut dire qu’il s’agit d’un enchainement de postures, de mantras (prières), de chants, de méditation, de travail sur sa respiration, de prise de conscience, mais aussi d’un mode de vie quotidien.

Le yoga fait appel à ton corps, bien sur, mais aussi à ton coeur et ton esprit, et c’est ce qui en fait toute sa force.

Il existe de nombreux styles de yoga. On compte 4 voix traditionnelles qui peuvent se subdiviser en courants.

Photo de Pixabay sur Pexels.com
LES 4 VOIES TRADITIONNELLES

JNANA YOGAYoga de la Connaissance ou science du Soi. Le but est d’atteindre la connaissance transcendantale.

BHAKTI YOGA Yoga de la Dévotion. C’est le yoga qu’on retrouve dans l’hindouisme. Il s’agit de pratiques spirituelles tournées vers l’adoration et à la dévotion à la divinité, au travers de prières ou d’un mode de vie particulier. C’est la voie du lâcher prise, puisqu’on s’en remet complètement au divin.

KARMA YOGA Yoga de l’Action désintéressée. Il s’agit d’agir de façon désintéressée, sans désir et de ne pas attendre de récompense de nos bonnes actions.

RAJA YOGAYoga du Contrôle mental. Il est selon les croyances celui le plus puissant. En sanskrit, raja yoga veut dire reine parmi les yoga. Il travaille uniquement avec la conscience et l’introspection et des exercices de visualisation.

Même s’ils sont différents, ces 4 types de yoga ne sont pas opposés et l’on peut très bien suivre une des voies principales, tout en expérimentant les autres, pour un travail plus complet.

Le RAJA YOGA, celui auquel je m’intéresse, se divise en trois branches principales.

HATHA YOGA – Ce que les Occidentaux qualifient de yoga est en réalité le Hatha yoga. Il s’intéresse avant tout au corps, considérant que la pureté de l’esprit ne peut passer que par celle du corps au préalable.
Hatha signifie violence, et de nombreuses postures de yoga hatha ont d’ailleurs pour nom « guerrier« . Il s’agit d’harmoniser et de développer ses facultés psychologiques et corporelles.

MANTRA YOGA – Mantra signifie prière. Il s’agit donc d’un rituel pendant lequel on répète un ou plusieurs mantras suivant un certain rythme. Le fait de répéter les mantras permet à l’esprit de ne pas se perdre dans ses pensées et de rester focalisé sur sa méditation. L’esprit est alors concentré et dévoué, ce qui permet à la conscience de s’élever.

TANTRA YOGA – Le tantra yoga est pour moi le yoga des sens. Il pousse la compréhension et le développement des énergies à un niveau plus subtil. Le but premier du tantra est l’union sacrée. L’union de l’être humain avec la force cosmique. Le tantra explique que l’Univers (et donc nous aussi) est composé de deux polarités: le pôle masculin, qui est une énergie inactive, et le pôle féminin, qui est une énergie active de notre corps que nous pouvons réveiller, la Kundalini. La visée du yoga tantra est de réveiller cette kundalini.

KUNDALINI ET CHAKRAS

La Kundalini est une énergie vitale présente en chaque être humain. Elle se situe au niveau du 1er chakra lorsqu’elle est endormie et remonte jusqu’au sommet du 7ème à l’état d’éveil.

Le réveil peut prendre différentes formes selon les individus, avec une intensité plus ou moins forte. Ce réveil peut être provoqué par le yoga, ou encore par certaines épreuves de la vie, en fonction de la sensibilité et de l’entrainement de l’individu.

Lorsqu’elle s’éveille, la kundalini passe par les centres spirituels, qu’on appelle aussi les chakras. Il est donc important de garder ses chakras ouverts, afin que la kundalini puisse circuler.

LES CHAKRAS

En Sanskrit, le mot chakra signifie roue et désigne nos centres énergétiques, destinés à alimenter notre corps en énergie.
Il existe 7 chakras principaux et des milliers de chakras secondaires.

LES 7 CHAKRAS PRINCIPAUX

1 – Chakra Muladhara ou chakra de la racine
Situé au niveau du périnée – il représente notre force physique et notre vitalité.

2 – Chakra Svadhisthana ou chakra sacré
Situé en dessous du nombril – il se rapporte au plaisir, à la sexualité, à la procréation.

3 – Chakra Manipura ou chakra du plexus solaire
Situé au dessus du nombril – il exprime les énergies de notre Moi.

4 – Chakra Anahata ou chakra du coeur
Situé au milieu de la poitrine – il représente la compassion et l’amour. Ouvrir ce chakra, c’est ouvrir notre coeur au monde.

5 – Chakra Vishuddha ou chakra de la gorge
Situé au creux du cou – il est en rapport avec la communication, intérieure et extérieure.

6 – Chakra Ajna ou chakra frontal, ou encore 3ème oeil
Situé entre les deux sourcils – il représente le 3ème oeil, le 6ème sens. Il nous aide à faire la distinction entre le réel et le non réel et développe notre intuition.

7 – Chakra Sahasrara ou chakra coronal
Situé sur le sommet du crâne – Il est l’aboutissement des 6 autres chakras. Il ne peut être éveillé que si les 6 autre sont en harmonie. Son éveil offre un état de béatitude.

COMMENT OUVRIR SES CHAKRAS

Un chakra peut être trop ouvert – on parle alors de sous activité. Il absorbe trop d’énergie.
Il peut également être fermé, en suractivité. Il ne peut pas absorber suffisamment d’énergie.

Il existe de nombreux exercices de respiration et de positions destinés à ouvrir ou rééquilibrer ses chakras. La pratique du yoga, de la méditation, mais aussi du reiki est également excellente pour harmoniser ses chakras.

MA ROUTINE YOGA

J’ai découvert la pratique du yoga en Asie et au départ, j’avoue que j’ai été un peu perdue devant toutes les écoles et variantes existantes. Je suis bien loin d’avoir expérimenté toutes les possibilités qu’offre le yoga, j’aime faire un petit mix de différentes techniques et ainsi créer ma propre pratique.
Je suis encore au stade du tâtonnement, même si j’ai déjà une petite idée de la forme de yoga que j’aimerais développer.

MATIN
  • Tous les matins, je commence ma journée par une petite méditation de quelques minutes, que je fais allongée dans mon lit ! J’ai une application de méditation sur mon téléphone très pratique, je choisis la durée, j’active une méditation guidée spéciale matin et ça me permet de me réveiller en douceur, tout en conditionnant mon esprit pour la journée.
  • J’enchaine avec une série d’exercices de respiration kundalini visant à réveiller les chakras. Ça me prend une dizaine de minutes seulement et j’adore commencer la journée par cette petite routine énergisante.
  • Un peu plus tard dans la matinée, après mon petit déjeuner et quelques activités, je fais une séance de yoga vinyasa, un yoga dynamique qui alterne les mouvements et les postures tout en travaillant la respiration en profondeur. Je n’aime pas les pratiques trop longues, ma séance matinale dure entre 20 et 30 minutes.
  • En général, j’aime bien clôturer cette séance avec une méditation douce de 10 minutes, en position assise.
APRÈS-MIDI
  • En fin d’après – midi, je fais de nouveau une séance courte de vinyasa ou de hatha (plus doux) de la même durée que celle du matin. Je poursuis avec les exercices de respiration kundalini.
  • Avant d’aller me coucher, je prends une dizaine de minute pour une méditation spéciale relaxation.

J’aime bien avoir plusieurs petits moments où je me retrouve avec mon corps et mon esprit, plutôt qu’une longue séance, où le travail serait sûrement effectué plus en profondeur. Mais ça, c’est vraiment propre à ton ressenti, tes besoins et ta routine personnelle.

Bien sur, je prends aussi des cours plusieurs fois par mois, pour pratiquer plus profondément et essayer de nouvelles méthodes.

Je précise que je ne me force JAMAIS si je n’ai pas envie et que sauter une de mes séances quotidiennes m’arrive assez fréquemment. Je ne sais pas si c’est la bonne technique ou non, mais je ne souhaite pas me forcer et me dégouter de cette pratique qui me fait beaucoup de bien. J’aime y aller en douceur et toujours avec envie et plaisir.


Alors, convaincu(e) ? Tu te sens prêt(e) à te lancer ?

Le Bouddhisme Theravada

Le Bouddhisme Theravada est prédominant en Asie du Sud Est.
Idéologie méconnue en Occident, le Bouddhisme attire autant qu’il fascine. Mais qu’est ce que le Bouddhisme Theravada réellement ?
Voici un article très simplifié pour en savoir un peu plus.

POUR COMMENCER

Le Theravada est une des branches principales du Bouddhisme et également une des plus anciennes. Egalement connu sous le nom de « Doctrine des Anciens », le Theravada est fondé sur le Tripitaka, qui est un ensemble de textes fondateurs basés sur les paroles de Bouddha et rédigés en Pali.

Le Bouddhisme rejette l’idée d’un Dieu créateur et tout puissant.

Jeunes moines dans un temple à Inle, Birmanie

QUI EST BOUDDHA ?

Le terme de Bouddha renvoie souvent au fondateur du Bouddhisme, Siddharta Gautama. Siddarta Gautama est né au VIèm siècle avant J-C, à Lumbini au Népal. Il est un être humain devenu bouddha par lui-même.

Il épouse la princesse Yasodhara et devient roi. Il vit dans le respect de l’Hindouisme et les premières années de la sa vie lui apportent beaucoup de joie.

A l’âge de 29 ans, il fait 4 rencontres importantes : un vieillard, un malade, un cadavre et un ermite. Les 3 premiers lui font prendre conscience de la souffrance. L’ermite quant à lui lui montre la sagesse.

Siddharta Gautama renonce alors à son titre de roi et quitte son palais pour mener une vie simple, et se consacre à l’apprentissage et à la méditation.

Selon la tradition, c’est au bout de 6 ans qu’il atteint l’illumination, alors qu’il médite sous un arbre. Cette illumination, ou éveil, est selon lui, accessible à tous les êtres. Elle s’appelle la Bodhi et celui qui l’atteint devient alors un Bouddha.

Bouddha va donc propager son message et enseigner le Dharma à ceux qui souhaiteraient comme lui, atteindre l’éveil.

Le bouddha en terme plus général désigne donc un être qui a atteint l’éveil.

Dessin de Bouddha atteignant l’Eveil
Représentation du premier sermon de Bouddha

L’ENSEIGNEMENT DE BOUDDHA

Pour le Bouddhisme Theravada, le but ultime est d’accéder soi – même à la délivrance.

Le coeur de l’enseignement de Bouddha est contenu dans les 4 nobles vérités :

1 – La Vérité de la souffrance
2 – La Vérité des causes de la souffrance
3 – La Vérité de l’extinction de la souffrance (constatation)
4 – La Voie vers l’extinction de la souffrance

Une fois les 4 nobles vérités intégrées, la Voie vers l’extinction de la souffrance est le Noble chemin octuple, qui guide l’être vers l’éveil spirituel, le Nirvana.

L’octuple sentier se fait donc en 8 temps :

1 – La vision juste. C’est la compréhension des 4 nobles vérités.

2 – La pensée, ou intention juste. Une pensée juste est débarrassée de tout conditionnement et dénuée d’émotion ignorante ou malveillante.

3 – La parole juste. Est une parole bienveillante, qui apporte du positif à l’interlocuteur.

4 – L’action juste. Une action juste est une action qui est en accord avec les lois de l’Univers. L’action juste est en parfaite harmonie avec le moment présent.

5 – Les moyens d’existences justes. Cela signifie gagner sa vie avec droiture, sans avoir recours à des activités illégales ou néfastes pour l’homme ou l’animal.

6 – L’effort juste. C’est l’effort de mettre en application les enseignements de Bouddha.

7 – L’attention ou la conscience juste. C’est la prise de conscience de soi, de son corps, de ses émotions, mais aussi de tout ce qui nous entoure. C’est être pleinement conscient, présent et sans jugement.

8 – La concentration ou méditation juste. La méditation se caractérise par l’abandon des états néfastes et conditionnés. C’est un retour à l’instant présent, l’abandon de sa conscience personnelle pour fusionner avec la conscience universelle.

Procession des moines à Mandalay, en Birmanie

LE BOUDDHISME AUJOURD’HUI

La pratique du Bouddhisme est très importante dans les pays d’Asie du Sud Est. C’est une philosophie d’Etat, pratiquée par l’ensemble de la population. La plupart des jours fériés et des fêtes nationales sont en l’honneur de Bouddha ou chacun se retrouve en famille au monastère pour se recueillir.

Les hommes ont le devoir de pratiquer la vie de moine, au moins une fois au cours de leur vie (un peu comme le service militaire chez nous). Ils peuvent revenir à la vie laïque quand ils le souhaitent. La plupart d’entre eux deviennent moines lorsqu’ils sont encore jeunes, avant de se marier. Il est courant également pour les enfants de faire l’expérience de la vie au monastère, généralement pour une période plus courte.

Jeunes moines dans un temple de Chiang Mai en Thaïlande

Je me souviens d’une discussion que j’ai partagé avec un homme birman assez âgé au sujet des moines. C’était lors de mon premier voyage en Birmanie et j’étais évidement très intriguée par ces personnages.
J’ai demandé à cet homme si les moines avaient le droit d’abandonner le monastère pour revenir à une vie « normale ». Voici ce qu’il m’a répondu:
« il y a des moines qui décident de passer leur vie au monastère et puis il y en a qui tombent amoureux et qui choisissent l’amour. Même si un moine n’est pas censé regarder une femme, ça arrive. Qu’est ce qu’on peut faire contre l’amour? Il n’existe rien de plus puissant. »

Le Sak Yant

QU’EST CE QU’UN SAK YANT ?

Il s’agit d’un tatouage traditionnel thaïlandais, vieux de plusieurs milliers d’années. En langage Thaï, Sak signifie tatouer et Yant prière.

Cette tradition ancienne est exécutée par des moines à l’aide d’un bambou, et accompagnée de prières en Pali pour donner pouvoir et protection à celui qui reçoit le Sak Yant. A l’origine, les moines tatouaient les grands Maitres, et les guerriers pour les protéger de l’ennemi.

Aujourd’hui, beaucoup de Thaïlandais portent le Sak Yant, et notamment de plus en plus de Thaïlandaises.

A QUOI ÇA RESSEMBLE ?

Le Sak Yant peut représenter soit un animal ou une divinité sacrée, soit des prières en pâli ou encore des dessins aux formes géométriques. Il en existe plusieurs et chacun possède sa propre signification.

En fait, chaque Sak Yant est unique, puisqu’il est réalisé personnellement pour toi.

(Enfin, il est censé l’être, mais si tu te rends dans un salon de tatouage, il est fort probable que tu ne sois pas le seul à avoir le modèle tatoué sur ton corps.)

LES RÉGLES DU SAK YANT

Le Sak Yant est réalisé soit par un moine soit par un ajarn . Ajarn signifie professeur en Thaïlandais, et tous les ajarn ont été moine plus ou moins longtemps.

Le placement du tatouage est très important. La tête est considérée comme pure en Asie, alors que les pieds sont à l’inverse considérés comme impurs. Pour une efficacité optimale, il doit donc être positionné au plus proche de la tête. La plupart des Sak Yant se portent sur la nuque, le dos et les épaules.

Un moine n’a pas le droit d’être touché par une femme et vice-versa. Néanmoins, si tu souhaites absolument tenter l’expérience de façon traditionnelle, c’est tout à fait possible, comme je l’ai fait et je t’explique plus bas comment.

LES SAK YANT LES PLUS RÉPANDUS

YANT GAO YORD

Le plus commun et si je peux dire le plus « fort » des Sak Yant. On dirait une sorte de temple avec neuf flèches qui se dirigent vers le haut. Le centre représente l’Univers et les neufs sommets sont la voie qui mène au Nirvana.

Il protège celui qui le porte contre le mauvais sort et les attaques et lui apporte de la chance. Il est très souvent associé à d’autres Sak Yant.

YANT HA TAEW

Celui-ci est sans doute le plus connu, le fameux Cinq Lignes. Il s’agit d’une prière protectrice. Chaque ligne apporte une protection différente:

  • Ligne 1 : protection du domicile
  • Ligne 2 : protection contre le mauvais oeil et le mauvais karma
  • Ligne 3 : projection contre la magie noire et les malédictions
  • Ligne 4 : attire la chance, la fortune et le succès
  • Ligne 5 : en association avec la ligne 4, celle-ci est un charme d’attraction, d’amour et de sensualité
PAED TIDT

Celui -ci se diffère des deux autres par sa forme circulaire. Il se compose de 8 éléments qui symbolisent les directions de l’Univers. Il apporte une protection dans le voyage et offre une énergie positive et accueillante à celui qui le porte.

MON SAK YANT

Si je souhaite autant faire un Sak Yant, c’est pour son esprit protecteur avant tout. Je suis loin de chez moi, voyageant seule et un petit coup de pouce divin ne saurait me faire de mal.

C’est à Chiang Mai, dans le nord de la Thaïlande, que je reçois mon premier Sak Yant. Je fais le choix d’un Yant Ha Taew (les cinq lignes) sur mon épaule.

Je suis déjà tatouée mais je n’ai jamais expérimenté la méthode au bambou et je dois avouer que je suis vraiment vraiment terrorisée.

Aujourd’hui, je suis tatouée par un moine. Il ressent directement mon angoisse et me demande gentiment si c’est mon premier Sak Yant. Il est évident qu’il connaît la réponse.

Non, le moine ne fait pas une partie de pendu sur mon dos !

Comme le contact physique entre un moine et une femme est interdit, il place une serviette en papier sur ma peau afin qu’il puisse y poser sa main sans enfreindre la règle. Il attrape la longue tige en bambou et j’expire un grand coup.

La séance de tatouage dure une vingtaine de minutes. J’ai très mal mais je ne bouge pas d’un poil. Moi qui m’attendais à gigoter dans tous les sens, je suis étonnée par mon propre calme. C’est une douleur inhabituelle (on ne se fait pas transpercer au bambou tous les jours), qui n’a rien à voir avec celle que l’on ressent lors d’un tatouage à la machine. J’ai vraiment l’impression qu’on me poignarde la peau, mais même si la douleur est bien présente, j’ai cette idée insensée qu’elle est nécessaire au processus.

Une fois le tatouage terminé, je me retourne vers le moine et il récite une bénédiction en Pali en me jetant de l’eau. Je ne comprends évidemment pas un mot de ce qu’il dit mais je ressens à ce moment une émotion très forte. Tout en continuant sa prière, il entoure mon poignet d’un petit cordon jaune orné de cinq petites boules.

Le lendemain de la séance, c’est avec un Ajarn que j’ai rendez-vous pour mes deux prochains Sak Yant.

Je rigole mais crois-moi c’est uniquement de nerf !
Et voila le résultat après deux jours !

CODE DE CONDUITE

Même si le Sak Yant n’est pas directement rattaché à la religion, il possède une énergie et une étiquette spirituelle indéniable. Ce qui impose de respecter un certain code de conduite pour celui qui souhaite obtenir ce tatouage sacré.

  • Ne pas tuer
  • Ne pas voler
  • Ne pas tromper son partenaire ou convoiter le partenaire d’un autre
  • Ne pas mentir
  • Ne pas s’intoxiquer
  • Ne pas parler mal de ses parents

Je reconnais que je ne respecte pas tout le temps l’avant dernière règle. Si je suis parvenue à arrêter de fumer car je souhaitais me faire faire un Sak Yant, il m’arrive encore d’apprécier un bon verre de vin ou un cocktail entre amis.

BILAN

En ce qui me concerne, j’ai fait mes deuxième et troisième Sak Yant le lendemain du premier ! L’expérience est donc pleinement positive. Au delà de l’aspect esthétique, ce tatouage a une réelle signification pour moi. J’essaye d’appliquer un maximum les codes énoncés plus haut par respect pour mon Sak Yant et le moine qui a pris le temps de le réaliser. Et même si la douleur est très puissante, j’ai déjà prévu de m’en faire faire un quatrième le mois prochain !