La Cité d’Angkor

Les temples d’Angkor sont la principale raison pour laquelle je me suis rendue à Siem Reap. En tant que fan inconditionnelle des temples et monastères, je ne pouvais pas ne pas visiter ceux de la cité d’Angkor.

QU’EST-CE QUE LA CITÉ D’ANGKOR ?

Classée au patrimoine mondiale de l’Unesco depuis 1992, la cité d’Angkor est l’ancienne capitale de l’empire Khmer. Elle abrite de nombreux temples et ruines, vieux de plusieurs siècles. Elle s’étend sur 400km2 soit presque quatre fois la taille de Paris !

Pour y accéder, tu dois acheter un pass à l’Angkor Enterprise à Siem Reap. Si tu choisis de visiter Angkor en tuk-tuk ou taxi, tu peux y aller directement avant (la billetterie ouvre à 5h le matin). Il existe trois formules:

  • Pass d’1 jour : 37$
  • Pass de 3 jours : 62$
  • Pass de 7 jours : 72$

Chaque pass est nominatif et comporte ta photo (pas besoin d’en apporter, ils te prennent en photo directement au comptoir). Il est très important de le garder sur toi car il te sera très souvent demandé sur le site, aux entrées des temples.
Attention, en cas de perte, il faut en racheter un autre !

Photo de Vincent Gerbouin sur Pexels.com

COMBIEN DE TEMPS ?

J’ai visité Siem Reap en express (3 jours) avec une amie, avant de rejoindre la Birmanie. Comme elle est un peu moins férue des temples que moi, nous avons pris le pass d’une journée seulement. Pas de problème, ça me fera une bonne raison d’y retourner!

Si j’avais eu plus de temps, j’aurais pris l’option trois ou sept jours.
Comme nous étions limitées par le temps, nous avons choisi l’option visite en tuk-tuk avec un chauffeur rencontré la veille.
L’excursion nous a coûté 20$ pour la journée et notre chauffeur nous attendait devant chaque temple pour nous mener au suivant.
Pour les plus débrouillards, il y a également la possibilité de faire le tour en scooter ou en vélo.

QUELQUES TEMPLES

ANGKOR WAT

Angkor Wat est le plus connu et le plus grand des temples d’Angkor. Il est également le plus grand monument religieux au monde. C’est au XIIe siècle, que le roi khmer Suryavarman II le fait construire en hommage à Vishnou.

La plupart des tours propose de visiter Angkor Wat soit au levé du soleil, soit en fin de journée. Pour éviter la foule, nous avons fait le choix d’y aller entre midi et deux, sous 40° , et nous avons bien fait, il n’y avait quasiment personne ! Je précise cependant que j’ai visité Angkor Wat en Décembre 2019 et qu’à cette époque, si le Covid-19 ne s’était pas encore massivement propagé en Europe, il effrayait quand même pas mal les touristes et les chinois n’étaient déjà plus les bienvenus dans les pays voisins.

LE BAYON

Cet impressionnant monument fut construit au XIIIe siècle, sous le règne de Jayavarman VII, connu pour être le dernier grand roi de l’Empire khmer, qui fit rénover et reconstruire considérablement la cité après qu’elle fut endommagée par l’invasion des Chams. Le Bayon est dédié à Bouddha, et son architecture est à la fois surprenante et incroyablement moderne. Pas moins de 216 visages de Bouddha composent le Bayon.

J’ai particulièrement apprécié cet endroit, et je trouve personnellement qu’il est encore plus beau et impressionnant lorsqu’on le contourne depuis l’extérieur.

TA PROHM

C’est également Jayavarman VII qui fit construire le Ta Prohm, afin d’en faire un monastère et une université bouddhique. Il est très connu dans la culture populaire grâce à Tom Raider. Et oui, il s’agit du temple avec cette fameuse grosse liane tombante sur les pierres.

Malheureusement victime de son succès, je ne retiens de Ta Prohm que du monde, du monde et encore du monde. La liane qui fait aujourd’hui la célébrité du monument est prise en photo sous tous les angles, si bien qu’une corde a été installée à un mètre d’elle, afin d’en barrer l’accès pour des raisons de préservation. Ça casse quand même un peu la magie.

TA KEO

Le temple Ta Keo doit sa construction au roi Jayavarman V au XIè siècle. Ce « Temple Montagne » est construit entièrement en grès. Il est l’un des plus hauts monuments d’Angkor.

Les travaux furent interrompus par l’arrivée au pouvoir d’un nouveau roi. La constuction de Ta Keo ne fut jamais achevée, ce qui lui donne son aspect si particulier.

BILAN

J’ai été véritablement émerveillée. J’insiste néanmoins sur le fait qu’il n’y avait pas le tourisme de masse habituel lorsque j’ai visité Angkor, l’expérience aurait surement été moins plaisante en « temps normal ». Même si je trouve le prix des pass franchement excessif, je ne regrette qu’une seule chose, c’est de ne pas avoir prévu plus de temps pour visiter Angkor ! J’y retournerai et cette fois-ci, je prendrai un pass 7 jours pour pouvoir explorer la cité comme il se doit !

Une journée aux villages flottants

Au delà des temples d’Angkor, les villages flottants valent le détour lors d’un séjour à Siem Reap. Ils s’articulent autour du lac de Tonlé Sap, à quelques kilomètres de la ville de Siem Reap.

QUEL VILLAGE CHOISIR ?

Il y a trois villages principaux qui proposent des tours à la journée :

  • Chong Kneas, qui a la réputation d’être un bel attrape touriste. C’est le plus proche de Siem Reap (15km) mais de ce que j’ai pu lire ou entendre de la part de personnes ayant fait une excursion à Chong Kneas, c’est une perte de temps et d’argent de choisir celui-ci.
  • Kampong Phluk – un peu plus loin, à 30km, c’est apparemment un choix convenable, un bon compromis entre distance raisonnable et authenticité préservée.
  • Kampong Khleang – A 50km de Siem Reap, c’est dans ce village que j’ai eu la chance de passer quelques heures.
Village de Chong Kneas

Je dois admettre que j’ai eu beaucoup de chance dans le choix de l’agence. Je ne savais pas vraiment vers laquelle me tourner mais je voulais un petit bateau, style pirogue et pas un bateau de croisière bondé. En fouillant un peu sur internet, je suis tombée sur Community First à qui j’ai envoyé un message dans la soirée pour le lendemain. Jour de chance, il leur restait de la place ! Je te conseille quand même de réserver quelques jours en avance, surtout en haute saison.

COMMUNITY FIRST, TOURISME RESPONSABLE

Comme les autres agence, le tour que j’ai réservé dure entre 5 et 6h et comprend une balade en bateau sur le lac et la visite d’un village local avec un guide parlant anglais.

Ce qui m’a beaucoup plu avec Community First, c’est que l’ensemble des gens qui travaillent pour le projet sont originaires du village de Kampong Khleang, y compris les guides.

Tous les bénéfices sont reversés à l’école du village et à des projets sanitaires tel que l’accès à l’eau potable dans le village quelque soit la saison. Afin de mener à bien le projet en toute transparence, le site affiche même un tableau de ses recettes.

Le but est d’améliorer les conditions de vie des habitants du village que nous allons visiter, tout en offrant aux touristes une visite authentique et loin des clichés habituels.

LA JOURNÉE

Un mini-van vient nous récupérer à l’hôtel à 14h mon amie et moi, et nous faisons connaissance avec le reste du groupe. Nous sommes 5 personnes au total plus le guide, un jeune Cambodgien originaire du village dans lequel nous nous rendons. Il nous explique que nous allons nous arrêter en route pour goûter certaines spécialités cambodgiennes avant d’arriver au lac.

Nous nous arrêtons donc au bord de route et nous découvrons avec bonheur le bambou sticky rice, une petite branche de bambou qu’on épluche comme une banane et dans lequel on trouve du riz au sucre de canne, et ici des haricots rouges. C’est un snack très commun au Cambodge et je dois dire que c’est un de mes péchés mignons !

Cette femme prépare les fameux donuts cambodgiens, ça me fait penser aux miel pop’s que je mangeais quand j’étais petite !

Arrivés sur le lac, nous avons le plaisir de faire une charmante promenade sur Tonlé Sap à bord d’une pirogue traditionnelle. C’est apaisant et tranquille, loin d’être bondé de monde comme je le craignais.

Avant d’entrer dans le village, le guide nous parle plus en détails de la vie des habitants et nous demande de ne pas prendre les enfants en photos, par simple respect.
La plupart d’entre eux courent et jouent quasiment tout nus, ce qui explique aussi la demande de notre guide de ne pas les mitrailler de photos.

Le village est très modeste, très pauvre et on sent une réelle volonté de la part de cette équipe de vouloir améliorer les conditions de vie des habitants, en donnant gratuitement accès aux enfants à l’éducation.

Dans les rues de Kampong Khleang

Le guide nous explique en effet que l’école principale se trouve dans un autre village, mais qu’à certaines périodes de l’année, le niveau d’eau trop important la rend inaccessibles aux habitants de Kampong Khleang.

C’est pour cette raison que Community First s’est organisée pour offrir aux enfants une école à l’intérieur même du village.

Le village de Kampong Khleang, vue depuis l’école

Nous visitons l’école, qui se trouve être en réalité la maison d’un habitant du village, qui donne bénévolement des cours aux enfants. Le professeur nous accueille gentiment et nous explique qu’il reçoit une cinquantaine d’enfants et d’adultes aussi, car certains ne savent pas lire et écrire et souhaitent apprendre.

Il nous montre les achats qu’il a pu réalisé grâce aux bénéfices apportés par Community First: des livres d’occasion, des cahiers, des chaises en plastiques.

Après ce moment émouvant passé à Kampong Khleang, il est déjà l’heure pour nous de repartir en direction de Siem Reap. Nous terminons l’excursion avec un magnifique coucher de soleil sur le lac, qui clôture en beauté cette journée.

BILAN

J’ai beaucoup aimé cette journée de découverte et d’immersion dans un village local. Je recommande fortement Community First, qui en plus de défendre un magnifique projet, offre une visite complète, authentique et sans mise en scène.

Prix de l’excursion : 35$ par personne, avec pick-up qui vient te chercher et te ramène à ton hôtel.

Si toi aussi tu souhaites passer un bon moment tout en participant au développement du village, tu peux trouver plus d’informations sur leur site officiel https://www.kompongkhleang.org

Pub Street la rue de la soif

Pub Street est le centre de la vie nocturne et occidentale de Siem Reap.
La rue s’étend sur 1km de long et propose des centaines de restaurants, bars et discothèques.

Si après une journée passée à visiter Angkor, une envie de pizza ou d’agitation se fait sentir, Pub Street est l’endroit parfait. C’est plutôt sympa de s’y retrouver entre touristes en soirée, mais soyons honnête, l’endroit n’a rien d’authentique et de dépaysant. Il s’agit du Kaosan Road Cambodgien, ni plus ni moins.

QUE FAIRE À PUB STREET ?

Pub Street pourrait se résumer ainsi: du bruit, du monde, de la nourriture européenne, des salons de massage, et des bars happy hour.

PROFITER DE L’HAPPY HOUR

La plupart des bars propose des formules 50% ou 1 verre acheté = 1 verre offert en début de soirée, avant 20h.

L’Angkor What, un bar mythique de Pub Street
Le bar Miss Wong sert de très bons cocktails dans une ambiance feutrée
S’OFFRIR UN SOIN DES PIEDS

Personnellement, ça ne m’a jamais donné envie de me faire manger les peaux mortes par des petits poissons… mais pourquoi pas ?!

GOÛTER À LA NOURRITURE LOCALE

PUB STREET EN BREF

Pub street y aller ou non ? Oui, au moins une fois pour essayer. Ne serait -ce que par curiosité et parce que même si c’est bruyant et plus occidental que cambodgien, c’est quand même sympa de boire un cocktail et d’écouter les chanteurs de karaoké pousser la chansonnette.

N’hésite pas à te balader en dehors des rues de Pub Street, c’est à l’extérieur que tu trouveras les meilleurs stands de nourritures cambodgiennes, à déguster sur place sur des petites tables en plastique.

CAMBODGE: infos pratiques

Le Cambodge est un pays d’Asie du Sud Est ayant des frontières communes avec la Thaïlande, le Laos et le Vietnam. Grâce à ses paysages très variés et à l’accueil de ses habitants, le Cambodge attire de plus en plus de touristes chaque année.
Petites choses à savoir sur un pays en pleine expansion.

  • La monnaie est le Riel – 1€ = 4,840 riels (en 2020).
  • Ceci dit dans certaines villes touristiques et notamment Siem Reap, il est courant voire obligatoire de payer en dollar américain.
  • Un visa est obligatoire pour entrer dans le pays – il peut s’obtenir à l’arrivée ou sur internet en e-visa. Il coûte 35€ pour une durée de 30 jours.
  • L’application Grab fonctionne très bien dans les grandes villes et c’est la méthode la plus pratique pour te déplacer. Pourquoi ne pas opter pour le grab tuk-tuk ?
  • Les Cambodgiens sont accueillants et souriants et ils parlent très bien anglais pour la plupart.
  • Le pays est sécurisé, tu ne risques rien, à part te faire un peu arnaquer sur le prix des tuk tuk et des souvenirs du marché !

J’AIME

  • Le bambou sticky rice ! Ce snack de riz gluant mélangé à du sucre de canne et des haricots rouge que l’on fourre dans un bambou et que l’on déguste en épluchant la branche comme une banane. Un vrai délice !
  • La cité d’Angkor, véritable coup de coeur, absolument impressionnante ! J’ai hâte d’y retourner et d’y passer plus de temps.
  • Ma journée avec Community First aux villages flottants.

J’AIME MOINS

  • Le prix d’entrée pour la cité d’Angkor – mais on dira que c’est pour la bonne cause
  • Devoir payer en dollars à Pub Street – une véritable sensation de se faire arnaquer
  • Pub Street en général